VÉRONIQUE BOURGOIN – “ÉQUATION POLAIRE”

09.11—26.11 2017

❐ Dossier de presse
❐ Portfolio

 

Photos © Yanis Houssen

 

Marseille 2015, Véronique Bourgoin prend possession de l’espace d’exposition de La GAD. Elle signe une œuvre in situ qui reprend la vue de la chambre du lieu à échelle un. Que voit le visiteur, une impression en noir et blanc, un papier peint recouvrant les murs de l’entrée.

Notre visiteur y découvre des reproductions à l’envers d’œuvres de la collection d’Arnaud Deschin, et par-dessus des œuvres sont accrochées, des miroirs, des photographies sans encadrements, des dessins encadrés, une étagère miroir qui porte un livre connecté à une pierre et au sol un bateau-homme en céramique peint de vert et de rouge. Bref, avec le temps cette exposition évolue, et se mélange avec les invitations faites à d’autres artistes dans ce lieu vivant mi-public, mi-domestique. C’est ici une œuvre d’envergure devenue le support de la recherche plastique de l’artiste tel son laboratoire implanté dans un espace d’expositions où le galeriste est le rat jusqu’en 2016.

En janvier 2017, cette histoire de l’art se poursuit à Paris, dans le cadre d’une rencontre de peintres allemands et français. Sur une proposition de Véronique Bourgoin, « Air de Berlin » group show prend forme et s’éclaire aux néons dans le nouveau lieu d’Arnaud Deschin.

En novembre 2017 vient l’idée de se poser et de réfléchir un commissariat sur le travail de trente années de Véronique Bourgoin. « Équation polaire » vous dévoile des photographies en noir et blanc sur papier baryté laissées sur le sol froid brut de la galerie. Chose unique à voir puisque l’amateur d’art peut dominer les compositions, de clous, d’avion, de pierres, de carte de Marseille, d’aimants. Ce jeu d’échelles et de codes d’accrochages permet aux visiteurs de laisser flotter son regard dans l’espace de l’exposition. Les murs bien dégagés présentent les périodes de la recherche en chambre noire à l’atelier de Montreuil. Le résultat global est époustouflant. On y retrouve une collection que nomme l’artiste les trous noirs. Des photographies méditatives qui nous propulsent sur la planète Kasimir Malevitch. Depuis ses études aux Beaux-Arts de Paris, un voyage où l’observation du monde navigue entre les icônes historiques et les parties du classement Forbes : le top 10 des personnalités les plus riches du monde. Véronique Bourgoin applique une équation polaire qui transcende la photographie. Une alchimie dont elle garde bien le secret. La galerie a la joie de vous inviter à découvrir cette exposition personnelle.

Arnaud Deschin

Marseille 2015, Véronique Bourgoin takes hold of the exhibition space of La GAD. She signs a site-specific artwork which takes the sight of the bedroom of the place at scale one. What does the visitor see, a black and white print, a wallpaper covering the walls of the entrance.

Our visitor discovers reversed reproductions of works from Arnaud Deschin’s collection. Above are hung some works, mirrors, photographs without frames, framed drawings, a mirror shelf that carries a book connected to a stone. On the ground, a man-ship made of ceramic painted in green and red. In short, with time this exhibition evolves, and mixes with the invitations made to other artists in this living place half-public, half-domestic. This is a large-scale work that has become the support of the artist’s plastic research, such as her laboratory located in an exhibition space where the gallerist has been the rat itself until 2016.

In February 2017, this art story continues in Paris, as part of a meeting of German and French painters. On a proposal by Véronique Bourgoin, the “Air Berlin” group show takes shape under neon lights in the new space of Arnaud Deschin.

In November 2017 has come the idea of setting up and thinking a curatorial on the work of thirty years of Véronique Bourgoin. “Equation polaire” reveals black and white photographs on baryte paper left on the cold raw floor of the gallery. A unique thing to see, since the art lover can dominate the compositions, nails, plane, stones, map of Marseille, magnets. This set of scales and hanging codes allow the visitors sight to float in the exhibition space. The clear walls present periods of darkroom research at the Montreuil studio. The overall result is breathtaking. There is a collection that the artist has named the black holes. Meditative photographs that propel us to the Kasimir Malevich planet. Since her studies at the Beaux-Arts in Paris, a journey where the observation of the world navigates between historical icons and parts of the Forbes ranking: the top 10 richest personalities in the world. Véronique Bourgoin applies a polar equation that transcends photography. An alchemy of which she keeps the secret. The gallery is pleased to invite you to discover this solo show.

Arnaud Deschin

Performance : “Équation Polaire”, Véronique Bourgoin, , Arnaud Deschin Galerie
Percussion : Olivier Schlegelmilch
Camera : Yanis Houssen

Filed under: PASSÉES

by

ARNAUD DESCHIN (né à Douai en 1970), artiste, galeriste, commissaire d’exposition Arnaud Deschin a été formé à l’ESAD d’Amiens, puis aux Beaux Arts du Havre, Besançon et Marseille dont il sort diplômé/félicité en 1996. Il performe inlassablement jusqu’à la fin de son cursus et l’obtention de son diplôme en 1995 (« 100 cœurs sans toit » « Les performances de l’Agneau », entre autres). En marge de sa pratique de performer, qu’il poursuit jusqu’en 2003 et est entretenue par celle du judo et du Krav Maga, il devient assistant à la Galerie Roger Pailhas à Marseille (1996-1999) et travaille pour Crash magazine. En 2000, diplômé d’Etat de visites et informations médicales il devient Délégué Spécialiste pour Takeda Pharmaceutical, poste qu’il occupe pendant treize ans et autour duquel s’imagine de nouveaux scénarii de performances, données pour la plupart à Marseille. Il devient gérant d’un night-club marseillais et crée en 2010 La GAD Marseille, galerie au sein de laquelle il développe son activité de commissaire d’exposition. La GAD défend principalement les artistes émergeants (au total en 2018 : 100 artistes présentés à Marseille, à Paris, à Malibu et dans des foires nationales). En 2016, il inaugure un nouvel espace dédié à l’art contemporain, la Arnaud Deschin galerie à Paris, Belleville qui ferme ses portes en juin 2018. Arnaud Deschin inaugure à Bagnolet, ART DECH STUDIO, 12 rue de la Liberté, en juillet 2018, une plateforme artistique transdisciplinaire, avec une performance à travers laquelle il fait « Don du tapis rouge » à une galeriste invitée. Ses performances intègrent les pratiques contemporaines in situ, celles du body art, de l’esthétique relationnelle, l’art de l’installation, la photographie et la vidéo. Il combine ces médiums aux réseaux sociaux et à son gout des mythes, pour poursuivre une œuvre imaginée aux Beaux-Arts, où l’affect est en permanence questionné depuis 1993